Budget2017

Un budget de routine

Publié le 26 décembre 2016 · Publié dans Actualités

La routine

La majorité MR – PS de Grez-Doiceau nous a présenté lors du conseil communal 20 décembre 2016 un budget de routine pour l’année 2017.

Leur projet pour 2017 consiste essentiellement à assurer la maintenance ordinaire des voiries et du patrimoine communal. C’est effectivement indispensable et chaque commune en assure bien naturellement la charge. Par contre, aucun projet marquant n’émerge pour soutenir la mobilité, le développement durable et l’environnement ou une volonté de soutien social ou culturel, ni aucune attention particulière pour les entreprises.

Après maintenant 4 années au pouvoir, la majorité actuelle arrive péniblement à clôturer l’ensemble des projets lancés lors de la précédente législature. L’unique nouveau projet (maison rurale) est encore un dossier qui a été largement initié dans le cadre du Programme de Développement Rural (PCDR) par la majorité précédente.

2017 :vision d’avenir minimaliste

Comme depuis plusieurs années, nous avons pris l’habitude des nombreux reports de projets annoncés dans le budget initial et qui, faute de dossier complet ou tout simplement par manque de suivi, n’ont pu démarrer. Certains dossiers le sont d’ailleurs depuis plusieurs années. C’est le cas notamment pour le logement, les voiries (ex : Avenue F Labby annoncée depuis fin 2013 !), les inondations, l’ascenseur de la maison communale, etc.

Le rapport politique de la majorité justifie ce manque d’ambition par une situation financière difficile. Il est vrai que la conjoncture n’est en effet pas favorable et que les dépenses de transfert (services de secours et zone de police) augmentent. Par contre, les recettes fiscales directes (impôt des personnes physiques et précompte immobilier) et les aides à l’emploi (points APE) augmentent. Le potentiel de subside régional est toujours bien présent mais nécessite du dynamisme politique pour présenter des dossiers bien argumentés. Le coût du traitement des déchets est compensé par les taxes liées au « coût vérité ». Une gestion réfléchie et parcimonieuse devrait être la réponse à cette situation et non pas l’abandon de projets qui feraient progresser notre commune.

La mauvaise gestion des premières années de cette législature avec des investissements mal placés et l’appel excessif aux emprunts laisse à penser que les difficultés financières évoquées par la majorité sont en fait le reflet de leur propre imprécision. La charge d’emprunt est passée de 4.8 millions (fin 2012) à plus de 7 millions en 4 ans (fin 2016) et cette politique d’endettement continue. Nous ne comptons plus les dossiers où l’absence de maitrise a conduit à des dépenses inutiles qui, cumulées, se comptent en centaines de milliers d’euro depuis début 2013.

Conclusion

Ce budget ne prend en compte aucune charge relative au home Renard, projet piloté en toute discrétion par le CPAS mais dont les 15 millions nécessaires seront finalement en grande partie à charge de la commune. La procédure administrative en cours nécessitera encore plusieurs mois de traitement mais le report à 2018 de tout engagement semble déraisonnable.

Aucun projet culturel, aucun projet sportif, pratiquement rien pour lutter contre les inondations.

Bref, un budget sans dynamisme, ordinaire, de routine, … et surtout beaucoup de vent.